top of page

Le manoir des thermes

Le long de l'Avenue des Thermes à Chaudfontaine, le manoir des anciens bourgmestres du XVIe siècle demeure malgré quelques dégâts depuis les inondations de 2021. Ce n'est pas la première inondation qu'il subit et il tient, encore, debout même face à menace immobilière.

Depuis mars 2021, l’ASBL ainsi que de très nombreux riverains s’opposent publiquement au projet de démolition qui concerne le manoir. Un projet immobilier de grande ampleur y est toujours prévu. Deux blocs de béton modernistes sont prévus, défigurant ainsi une fois de plus le caractère rural de Chaudfontaine, alors même que l'histoire récente nous enseigne que des inondations importantes peuvent survenir à cet emplacement.

DJI_0782
DJI_0782

press to zoom
DSCF2956
DSCF2956

press to zoom
DSCF2911
DSCF2911

press to zoom
DJI_0782
DJI_0782

press to zoom
1/9

Revenons sur les faits

 

Alors même que le manoir de Chaudfontaine est encore aujourd’hui considéré comme un témoin historique important pour la localité, les Autorités communales avaient malgré tout délivré un permis de démolition afin de permettre la construction d’un complexe immobilier.

Dès l’entame, nous n'avions pas manqué d'attirer l'attention sur un projet en totale inadéquation avec l'environnement historique et naturel des lieux (notamment en raison des risques d’inondation). Nous n’avions pas manqué de rappeler que le bâtiment était repris à l’inventaire du patrimoine immobilier culturel de la Région wallonne et qu'il revêtait une importance patrimoniale et historique aux yeux de nombreux Calidifontains.


La décision rendue va dans notre sens.

Le Conseil d’Etat estime notamment qu’il appartenait aux Autorités communales d’examiner concrètement si le projet de démolition de manoir inscrit à l’inventaire était, ou non, conforme au bon aménagement des lieux en vérifiant et en prenant en compte, le cas échéant, l’intérêt patrimonial du bien. Ce qui en l’espèce n’a pas été fait.
Le Conseil d’Etat reconnaît que l’inscription du manoir à l’inventaire du patrimoine immobilier culturel régional aurait dû être prise en considération dans le cadre de la décision adoptée.

En parallèle, le Conseil d’état n'a pas manqué de souligner l'importance de l’aspect patrimonial dans ce dossier en précisant que


« le fait de délivrer le permis d’urbanisme autorisant la démolition du manoir sans égard à l’éventuel intérêt patrimonial du bien implique un risque, qui n’est pas purement hypothétique, de porter une atteinte grave au patrimoine culturel de la commune et ce, de manière irréversible ».

Une solution respectueuse pour l’édifice et son environnement est toujours possible !

bottom of page